Recherche agroalimentaire et Formation agroalimentaire - Adria Développement
ADRIA Développement, centre d'expertises et de transfert, leader en sécurité des aliments, accompagne les industriels de l'agroalimentaire : formation, conseils, veille, recherche et innovation. Adria Développement EnglishADRIA Développement is a recognised Agro Industry Technical Institute (ITAI). ADRIA provides innovation, training and consulting services for the food and diagnostic industries.
  Envoyer cette rubrique à un ami  Imprimer cette page 

Programmes Nationaux

Accueil > Recherche et Innovation > Programmes R&D > Programmes Nationaux

Programmes de Recherche & Développement

Programmes Nationaux ACTIA

 
UMT SPORE RISKUMT Spore Risk

Risques sanitaires et d’altération associés à la physiologie des bactéries sporulées

 

 PhysioptUMT PHYSI'OPT

Process alimentaires et hygiène des surfaces : impact sur la physiologie et comportement bactériens pour l'optimisation et la validation des traitements

 

RMT CHLEAN RMT Nutriprevius  RMT SHELF LIFE RMT PROPACK FOOD

Programmes Nationaux

THERMOVOP  |  Map’Opt

 

 

Ci dessous vous trouverez les programmes R&D nationaux terminés, auxquels ADRIA Développement a pris part.

Programme CRISALT - 2013

Valorial projet CRISALTProjet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs : L’objectif général du projet est de réduire la teneur en sel des produits carnés et céréaliers en jouant sur les tailles, formes des cristaux et en tenant compte de la teneur en oligoéléments initiale des sels. Ce projet permet un double enjeu : améliorer les aspects nutritionnels des produits en restant dans une tendance « clean label » par la recherche de solutions 100% naturelles.

Date : 2013

Partenaires : Les partenaires de ce projet sont : ADRIA (Centre de recherche, Quimper), Université angers INSERM, Laboratoire ONIRIS (Nantes), et les entreprises Aquasel, Doux, Europe snacks, Fleury Michon, Vatedis gastronomie, la Boulangère, Livrac, les Salines de Guérande, Bourdic Salins du Midi.

Financeurs : Le coût total du projet est de 797 720 €. Les subventions des collectivités locales bretonnes envisagées s’élèvent à 137 106 € qui pourrait se répartir ainsi : Conseil Régional de Bretagne : 71 305 €, Conseil Général du Finistère : 31 525 €, Conseil Général des côtes d’Armor : 2 751 €, Quimper Communauté : 31 525 €.

Programme MAKIMINI - 2013

Valorial projet INFO NUT

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs : Aujourd’hui, les consommateurs se détournent peu à peu du poisson frais pour des raisons de praticité et de conservation, au profit des produits de la mer transformés répondant mieux à leurs attentes. Ce projet vise à concevoir et à développer une gamme de produits apéritifs à base de riz et de préparations fermentées crues de poisson.
Ce projet contribuera à donner une image positive de la filière de la mer au travers d’industriels qui valorisent les coproduits de leur activité principale et développent de nouveaux produits alimentaires innovants à forte valeur ajoutée.

Date : 2013

Partenaires : Les partenaires de ce projet sont : MERALLIANCE à Quimper et STANDA à Caen, et les centres de recherche ADRIA à Quimper et STMB de l’IFREMER à Nantes.

Financeurs : Le coût total du projet est de 556 671 €. Les subventions des collectivités locales envisagées s’élèvent à 252 667 € qui se répartissent ainsi : Conseil Régional de Bretagne (131 735 €), Conseil Général du Finistère (37 790 €), Quimper Communauté (37 790 €), Conseil Régional Bretagne Normandie (18 924 €), Conseil Régional des Pays de la Loire (26 427 €).

Programme TARTINE - 2013

Valorial projet INFO NUT

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs : Ce projet vise à développer un produit tartinable à base de poissons qui satisfasse les parents du point de vue des apports nutritionnels et les enfants. Aujourd’hui dans les rayons nous retrouvons des rillettes mais qui ont une image nutritionnelle négative (trop gras) et qui ne répondent pas aux attentes des enfants. Le projet « Tartine » permettra à l’ADRIA de transférer ses connaissances vers les industriels du projet, notamment l’usage de la programmation linéaire développée pour optimiser la mise au point de produits à qualités nutritionnelles améliorées, de collaborer sur le choix des textures et de poursuivre son travail sur l’étude des leviers pour la réduction des teneurs en sel des produits agroalimentaires mais aussi de créer des emplois sur le territoire et de développer l’image d’excellence du grand ouest dans le domaine de l’agro-alimentaire.

Date : Labélisé en janvier 2013

Partenaires : Les entreprises Guyader de Landrévarzec, Bel Food Service de Vincennes, Eurofins Marketing Research et Graphic Iddentité de Nantes. Et le centre de recherche ADRIA Développement à Quimper.

Financeurs : Conseil régional de Bretagne, Conseil régional des Pays de la Loire, Conseil général du Finistère, Quimper Communauté. Le coût total du projet est de 728 849 euros. Le montant des subvention s'eleve à 220 000 euros.

Articles sur le Projet TARTINE // Actualité Tarti'Kids

Programme GAIA - 2012

Valorial projet INFO NUT

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs : « Ce que nous mangeons a une incidence sur notre santé ». Cette idée, minoritaire il y a quelques années, est aujourd’hui devenue largement partagée par bon nombre de consommateurs. Ces derniers attendent donc de la part des produits alimentaires des réponses nutritionnelles saines, adaptées aux exigences de la vie moderne, ancrées dans la naturalité et intégrant la diversité de leurs profils. Ce projet a donc pour objectifs :

- Développer des produits alimentaires intermédiaires (PAI) de type pâtes, riz, semoule composés de farines de céréales et de légumineuses ;

- De développer à l’aide de ces PAI des solutions nutritionnelles 100% végétales sous forme de « plats cuisinés » gourmands et bons pour la santé. Ces derniers intégreront des plantes sélectionnées pour leurs vertus ;

- De commercialiser des plats cuisinés sous forme de bento (panier ou solution repas) via des distributeurs qui assembleront dans leurs points de vente les commandes des clients, ou des PAI seuls via la restauration collective ou les distributeurs type magasins bio.

Date : 2012

Partenaires : Les partenaires de ce projet sont : le centre de recherche : ADRIA développement à Quimper et 2 entreprises, Créa nature à Tourc’h et Bfood à Trégourez.

Financeurs: Le coût total du projet est de 334 410 €. Les subventions envisagées s’élèvent à 180 940 € dont 106 947 € pour le centre de recherche ADRIA qui se répartissent ainsi :Conseil Général du Finistère : 26 737 €, Quimper Communauté : 26 737 €, Conseil régional de Bretagne : 53 473 €

Programme CHARQUAL - 2012

 

Valorial projet INFO NUT

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs : Le projet est de concevoir une gamme innovante de produits traditionnels présentant des avantages nutritionnels avérés (teneur en sodium réduite, enrichis en oméga 3 et appauvris en acide gras saturés).

Date : 2012

Coordinateur du projetTALLEC

Partenaires : Ce projet sera mené en collaboration avec Triskalia à Landerneau, Socopa à Evron (53), Agro Concept Embal à Savigné l’Evêque (72), Guelt à Quimperlé, INRA à Saint-Gilles (35), ADRIA Développement à Quimper.

Financeurs : Le coût total du projet est de 899 868 €. Les subventions s’élèvent à 423 243 € qui se répartissent ainsi : Conseil Régional de Bretagne (198 822 €), Conseil Régional des Pays de la Loire (66 338 €), Conseil Général du Finistère (125 151 €), Rennes Métropole (20 369 €), Quimper Communauté (12 563 €)

Mots Clés : concevoir, fabriquer, gamme de charcuteries cuites traditionnelles, axe Nutrition Santé.

Programme SPORE UP - 2012

Valorial projet INFO NUT

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs : Le projet, porté par l’association Bretagne Biotechnologie Alimentaire (BBA) vise l’augmentation de la valeur ajoutée principalement des poudres laitières via un levier de qualité. Le projet a pour but de permettre aux entreprises d’agir sur les conditions environnementales des spores pour éviter leur revivification et donc limiter directement les pertes produites.

Date : 2012

Partenaires : Ce projet sera mené en collaboration avec d’autres partenaires : Bretagne Biotechnologie Alimentaire à Rennes, ADRIA Développement à Quimper, LUBEM à Quimper, INRA à Avignon

Financeurs: Le coût total du projet est de 507 466 €. Les subventions envisagées s’élèvent à 134 703 € qui se répartissent ainsi : Conseil Régional de Bretagne : 37 959 €, Conseil Général du Finistère : 18 979 €, Quimper Communauté : 18 979 €, Conseil Régional du Pays de la Loire : 58 786 €

Programme ATMO - 2011

Valorial projet ATMOATMO - Projet Valorial

Aujourd’hui 43% des produits commercialisés sur le marché européen sont conditionnés sous atmosphère modifiée. Pour les viandes ce chiffre est passé de 2% à 25% durant les 15 dernières années. Pour les produits de la mer, celui-ci ne cesse également d’augmenter. Ce projet a donc pour but de mieux maîtriser l’impact de l’atmosphère modifiée sur la conservation des viandes et produits de la mer en :

  • acquérant des données sur l’évolution organoleptique des matrices alimentaires
  • développant une méthode de mesure du potentiel d’oxydo-réduction ;
  • réalisant des préconisations de durée de vie microbiologiques.

Objectifs : L'enjeu de ce programme de recherche appliquée est d'obtenir suffisamment d'informations sur le trio matrice alimentaire / atmosphère modifiée / type d'emballage, afin de mener au mieux le choix de l'emballage et de l'atmosphère selon la nature de l'aliment.

Durée : 2 ans, à partir de mi 2011

Coût : 603 589 € (Financement Conseil général du Finistère, Quimper Communauté, Conseil régional de Bretagne, Feder Basse Normandie, Conseil régional des pays de la Loire)

IFIPCoordinateurs : Arnaud BOZEC, IFIP

Partenaires : 11 partenaires, dont 3 organismes de recherche, 1 organisme d’enseignement et de recherche et 7 industriels des filières viandes et produits de la mer
Institut de l'elevageADRIA DéveloppementOnirisEliviaRonsardMerAllianceMarine HarvestMoulin de la marcheCapitaine HouatAquadisGuelt

FinancementValorial

Programme LEZMACHE - 2011

 

Valorial projet INFO NUT

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs : La région nantaise et plus particulièrement les bords de la Loire sont le berceau de la mâche nantaise. Cette dernière est internationalement reconnue pour sa qualité et le savoir-faire développé pour sa culture. La région produit 32000 tonnes, soit 85% de la production nationale, et 50 % de la production européenne. Lorsque la mâche est commercialisée en sachets, elle subit chez l’industriel en charge du conditionnement plusieurs process qui diminuent les qualités gustatives et utilisent des volumes d’eau importants. Les objectifs de ce projet sont donc

  • d'augmenter la fraîcheur donc la qualité du produit en réduisant la durée des différentes étapes du process et en étendant la durée de vie du produit final
  • de proposer aux clients industriels soit un produit prêt à être ensaché, soit de réaliser l’ensachage final pour le compte des clients
  • de réduire les volumes d’eau utilisés pour le lavage en développant un système de recirculation de l’eau et améliorer la qualité des eaux de rejet

Date : 2011

Partenaires : Les partenaires de ce projet sont : Loire vallée à la chapelle basse mer (44) qui porte le projet, Le Lez Process équipementier à Sizun (29), le centre de recherche ADRIA à Quimper

Financeurs : Le coût total du projet est de 1 605 968€. Les subventions envisagées s’élèvent à 522 757 € dont 79 496 € pour l’Adria qui se répartissent ainsi : Conseil Général du Finistère (19 874€), Conseil régional de Bretagne (39 748 €), Quimper Communauté (19 874€)

Programme NA -K + SVP - 2011

 

Valorial projet INFO NUT

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs : Ce projet vise à développer de nouvelles références de saumon fumé, jambon cuit de porc, pâtés et mousses réduits en sodium en formulant pour chaque matrice une solution de substitution du sodium spécifiquement adaptée. La société Meralliance réalisera des essais pilotes de fabrication des produits, le transfert à l’échelle industrielle et la commercialisation et promotion des produits. Ce projet lui permettra de maintenir les emplois en Bretagne et de consolider son positionnement vis-à-vis de la grande distribution face à une concurrence étrangère.

A2PIA Senso sera chargée quant à elle de la validation de l’acceptabilité consommateur, de l’identification des effets de la substitution sur les axes sensoriels (visuel, goût, texture), de la formation d’un panel d’experts et de la mesure de la congruence entre l’information «réduit en sel» et le niveau de satisfaction. Ce projet lui permettra la consolidation de sa position parmi les leaders sur le marché de l’analyse sensorielle.

Le centre de recherche ADRIA Développement se consacrera lui à la Coordination technologique, à des Essais pilotes de fabrication (charcuterie), à la Validation de la stabilité microbiologique à l’analytique (physico-chimique, nutrition

Programme PHYMIA - 2011

Valorial projet PHYMIAPHYMIA

Projet du Pôle de compétitivité Valorial

Contexte : Les flores fongiques recouvrent les levures et les moisissures et peuvent correspondre en fonction des souches ou des contextes dans lesquels on les rencontre des flores d’altération voire pathogènes. Leur physiologie est bien moins connue que celle des bactéries, alors qu’elles sont tout aussi importantes d’un point de vue alimentaire et que leur capacité à s’adapter à différents milieux est plus grande. Ces moisissures causent des destructions ou des déclassements de produits lorsque la contamination a lieu avant la mise en circuit des produits ainsi que des retours clients qui constatent des développements, première cause de signalisation d’altération produits au niveau des services clients.

Objectifs : Le projet PHYMIA propose de caractériser et de modéliser le comportement des flores fongiques d’intérêt alimentaire et, notamment laitier : nutriments utilisés, effet des principaux facteurs physico-chimiques de l’environnement sur la croissance et définition des valeurs cardinales. Les résultats produits auront un caractère générique. Le caractère innovant du projet se trouve dans le développement d’un logiciel de microbiologie. Ce projet est une bonne opportunité à créer et structurer un pôle de compétence en microbiologie fermentées des levures et moisissures dans l’Ouest, région par excellence des produits alimentaires fermentés : produits laitiers, produits panifiés, cidre, …

Durée2 ans depuis 2011

LUBEMCoordinateurs : LUBEM

Partenaires : BBA, UBO, LUBEM, IUT Caen (ERPCB) and Université de Bourgogne (GPMA)

Coût total du projet : 263 160 €

Financements121 550 € des collectivités locales (les conseils régionnaux de Bretagne, de Basse Normandie et de Pays de la Loire, BMO et Quimper Communauté)


A voir également :

Programme PRIMA - 2011

Valorial projet THERMOVOPPRIMA

Projet du Pôle de compétitivité Valorial

Objectifs : Projet innovant de contrôle des contaminations aéroportées pour réduire ou même éliminer les conservateurs dans les produits finis. La qualité de l’air dans les ateliers agro-alimentaires impacte directement la qualité hygiénique et sanitaire des denrées. Les produits de pâtisserie sont exposés aux dangers de contamination et de croissance de moisissures qui aiment la sécheresse et parfois de levures. Les différents facteurs pouvant jouer un rôle dans l’altération des produits sont la température, le facteur d’hydratation du produit et la présence de conservateurs. Les préoccupations nutritionnelles des consommateurs ou des organismes publics incitent à produire des aliments moins salés ou moins sucrés, mais plus favorables au développement des moisissures.

L’objectif du projet est de développer une méthode innovante de conditionnement visant à approcher la stérilisation et une maîtrise des contaminations aéroportées pendant une phase de refroidissement et de conditionnement.

Le projet repose sur un état des lieux de deux sites de performances différentes, sur l’analyse des flux d’air, de personnes, de matières et sur le traçage des contaminants biologiques pour étudier leur parcours dans l’atelier.

Début : 25 mars 2011

Patisseries GourmandesCoordinateurs : PATISSERIES GOURMANDES, Loudéac

Partenaires : ARMOR REFRIGERATION, CEMAGREF, UBO-LUBEM, PGSA,  ADRIA Développement

Coût du projet : 1 045 930€, dont 402 994 € de financements de la part des collectivités térritoriales Conseil Régional de Bretagne, Conseil Général des Côtes d’Armor, Conseil Général du Finistère et Quimper Communauté

Programme CPU - 2010

Valorial projet INFO NUT

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs : Il s’agit du traitement assainissant de carcasses d’animaux de boucherie par utilisation d’une technologie innovante. La sécurité alimentaire est un sujet majeur d’intérêt pour les industriels du secteur alimentaire. Dans le domaine de la viande, elle repose principalement sur l’application de la méthode HACCP. Les traitements de réduction de la charge bactérienne sur des quartiers de viandes d’animaux de boucherie sont actuellement peu développés en France, contrairement à ce qui existe dans le reste du monde (USA, Brésil et Amérique du Sud, Australie, Nouvelle Zélande…). Certains traitements utilisent des moyens chimiques (acides organiques), d’autres des moyens physiques (eau chaude, vapeur). Des obstacles réglementaires à leur utilisation existent en Europe. Cependant, l’Administration commence à s’ouvrir à l’utilisation de ces techniques. Les partenaires de ce projet s’intéressent à une solution innovante utilisant un principe physique, l’exposition aux rayons UV, pour lequel les obstacles réglementaires et les coûts d’exploitation semblent les plus réduits.

Date : 2010

Partenaires : Les partenaires de ce projet sont : l’entreprise SVA Jean Rozé (35 et 22) qui porte le projet, l’entreprise Industriade (67), le centre de recherche Adria Développement (29).

Financeurs : Le coût total du projet est de 119 045 €. Les subventions envisagées s’élèvent à 41 255 € qui se répartissent ainsi : Conseil Régional de Bretagne (7 173 €), Conseil Régional Côtes d’Armor (13 455 €), Conseil Général du Finistère (3 586 €), Conseil Général d’Ille et Vilaine (13 455 €), Quimper Communauté (3 586 €).

Programme OPTILANG - 2010

Valorial projet INFO NUT

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs : Il s’agit de l’optimisation du procédé de traitement, à bord du bateau, de langoustines visant à améliorer la qualité des produits. C’est à dire proposer au consommateur une langoustine, issue de pêche hauturière, non traitée, congelée et distribuée via un circuit court (du pêcheur au consommateur via un réseau de distribution spécialisé). La langoustine (Nephrops norvegicus), produit phare de la pêche bretonne, est proposée au consommateur sous forme vivante ou glacée sur les étals des poissonniers, formes auxquelles s’ajoute le congelé plutôt à destination des professionnels de l’alimentation.

La langoustine vivante est issue de la pêche côtière. La langoustine glacée est pour la plupart issue de la pêche hauturière. La conservation de la langoustine issue de la pêche hauturière nécessite des traitements qui, s’ils étaient supprimés, améliorerait la qualité du produit.

Pour atteindre l’objectif du projet, il s’agira dans un premier temps de valider sur la langoustine de haute mer et à bord du bateau, un procédé de traitement qui a été défini sur la langoustine côtière et a fait l’objet d’un dépôt de brevet pour protection. Il permettra également de développer le matériel pilote nécessaire à la mise en œuvre du procédé à bord du bateau de pêche et son adaptation aux contraintes spécifiques. Dans un second temps, il s’agira de développer un outil industriel définitif adapté au procédé et au bateau pour pouvoir disposer du produit en quantité suffisante et mettre en place la logistique nécessaire à la distribution du produit au consommateur.

Date : 2010

Partenaires : Les partenaires de ce projet sont : l’entreprise ALPHAVER à Plonéour Lanvern (29) qui porte le projet,l’entreprise LE LEZ PROCESS à Sizun (29), l’entreprise ECOMIAM à Guerlesquin (29),le centre de recherche ADRIA Développement à Quimper (29)

Financeurs: Le coût total du projet est de 812 549 €. Les subventions envisagées s’élèvent à 369 995 € qui se répartissent ainsi : Conseil Régional de Bretagne : 184 997 €, Conseil Général du Finistère : 172 085 €, Quimper Communauté : 12 913 €

Programme POULBIO - 2010

Valorial projet INFO NUT

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs : Les filières BIO en France atteignent des niveaux de production qui ne permettent pas de répondre à la demande du marché national. Dans les denrées d’origine animale, la filière œuf est particulièrement bien organisée. Toutefois, il n’y a pas à ce jour de véritable valorisation de la viande de poule BIO. Dans la filière cette viande représente un co-produit de la production œuf et peu de travaux ont été réalisés pour mettre en œuvre une véritable valorisation du minerai viande.

L’objet de ce programme est donc d’étudier la faisabilité technique et commerciale de produits élaborés à base de viande de poule bio. Une analyse des propriétés physico chimiques et technologiques de cette matière première va permettre de déterminer les process acceptables par un tel produit. De plus, dans un souci santé des procédés de type no fry vont être étudiés à partir de produits élaborés à base de poule.

Par ailleurs, ce mode de production bio apporte un certain nombre de garanties au consommateur. Si la faisabilité technologique est démontrée, la viande de poule bio représente un gisement accessible à un prix concurrentiel car les œufs sont les principaux produits qui assurent la rentabilité de la filière. La viande de poule BIO devrait être la moins chère. Ce programme aura également pour objectifs de maintenir des emplois au sein de la Région Bretagne, où la filière œuf est fortement représentée.

Date : 2010

Partenaires : Les partenaires de ce projet sont : L’entreprise SOCAVOL (22) qui porte le projet, l’entreprise FARMOR (22), l’entreprise SODEXO (78), l’établissement d’enseignement supérieur Agocampus ouest (35), le centre de recherche Adria Développement (29),

Financeurs : Le coût total du projet est de 236 309 €. Les subventions envisagées s’élèvent à 122 222 € qui se répartissent ainsi : Conseil Régional de Bretagne (61 111 €), Conseil Régional Côtes d’Armor (26 253 €), Conseil Général du Finistère (10 179 €), Conseil Général d’Ille et Vilaine (14 500 €), Quimper Communauté (10 179 €)

Programme PRINCE - 2010

Valorial projet INFO NUT

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs :Il s’agit d’un procédé de refroidissement innovant de carcasses de volailles.

L’objectif est de développer et de valider un projet innovant de refroidissement de volailles entières, calibrées garantissant une meilleure sécurité et s’inscrivant dans une démarche de développement durable avec des économies de consommation d’énergie et d’eau. Le procédé Spinchiller, actuellement utilisé, sera remplacé par un procédé consistant à refroidir le produit en suspension par un mélange d’air et d’eau brassée à température de 0/2°C. La progression des poulets dans le système de refroidissement ne sera plus réalisée par une vis sans fin mais grâce à une combinaison de flux hydraulique et aéraulique dans une eau maintenue à température par l’intermédiaire d’un échangeur intégré. Le maintien de la turbulence permet une homogénéité et une vitesse de refroidissement plus importante. Le système de filtration permet le rejet de déchets lourds par évacuation dans le fond de l’appareil et réduit la charge organique.

L’étude a pour objectif de montrer que le nouveau procédé permet de garantir la sécurité sanitaire des produits refroidis, cette démarche étant en concordance avec les évolutions de la réglementation à venir et avec le paquet Hygiène et l’abrogation ou une dérogation de l’arrêté de 1994.

Le procédé doit permettre d’améliorer la présentation du produit, de réduire la consommation d’eau et d’énergie, de diminuer, trier et mieux valoriser les déchets organiques. La garantie d’un refroidissement homogène des carcasses permet également des gains d’énergie à la congélation. Le procédé envisagé permet également une meilleure sécurité pour le personnel (plus de vis sans fin), une meilleure nettoyabilité des équipements et moins de nuisance sonore pour le personnel.

L’incidence du nouveau procédé sur la qualité des viandes de volailles, en fonction de son application, doit être évaluée. Un écobilan du nouveau procédé sera effectué au travers d’un bilan énergie, consommation d’eau et valorisation des déchets.

Date : 2010

Partenaires : Les partenaires de ce projet sont : l’entreprise Tilly Sabco (29) qui porte le projet,l’entreprise FAI (29),les centres de recherche Adria Développement (29), AFSSA (22) et Pôle Cristal (22)

Financeurs: Le coût total du projet est de 1 321 564 €. Les subventions envisagées s’élèvent à 632 470 € qui se répartissent ainsi :Conseil Régional de Bretagne : 294 038 €, Conseil Régional Côtes d’Armor : 29 525 €, Conseil Général du Finistère : 188 173 €, Conseil Général d’Ille et Vilaine : 13 455 €, Morlaix Communauté : 100 000 €, Quimper Communauté : 20 734 €

Programme RIBENUT - 2010

ANR Map OptRIBENUT

Projet ANR, labélisé par le PEIFL et VALORIAL

Contexte : Les légumes représentent une source majeure de vitamines dans l'alimentation. Mais il faut déterminer dans quelle mesure les procédés visant à garabtir leur sécurité microbiologique peuvent provoquer la dégradation de certaines vitamines. les industries agroalimentaires doivent concilier les 2 objectiofs : préserver le bénéfices nutritionnels et assurer un niveau élevé de sécurité microbiologiques.

Objectifs : Les objectifs sont de développer une approche statistique originale permettant l'évaluation du compromis bénéfice / risque dans le cas des légumes traités thermiquement et de créer un outil logiciel de prise de décision en ligne destiné aux professionnels pour déterminer le compromis risque / bénéfice.

Durée : 4 ans, à partir de janvier 2010

Work Packages :

WP1. Identification des paramètres et des étapes critiques dans les industries de transformation des légumes
WP2. Impact des conditions physiques et chimiques de la nourriture pendant le processus et le stockage sur les vitamines (avantage)
WP3. Impact des conditions physiques et chimiques de la nourriture pendant le processus et le stockage sur les bactéries formant des spores pathogènes (risque)
WP4. Développement d'un modèle probabilistique d'évaluation du compromis bénéfice/risque 
WP5. Développement d'un outil de prise de décision

INRACoordinateurs : Christophe NGUYEN-THE, INRA

Partenaires : INRA, AgroParisTech, Aérial, CTCPA, CREALINE, BONDUELLE, ADRIA Développement, UBO-LUBEM

Budget Total : 2 417 000 €, dont financement ANR, 750 000 €

LabelLes pôles de compétitivité PEIFL (Pôle Européen d'innovation des fruits et légumes) et VALORIAL

Programme SPOREMER - 2010

 

Valorial projet INFO NUT

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs : Il s’agit du développement d’une procédure permettant l’évaluation de la thermorésistance de bactéries sporulées au sein d’une formulation de plat cuisiné à base de produits de la mer. La société Wenceslas Chancerelle élabore des produits cuisinés à base de produits de la mer : sardines, thon, maquereau,… sous forme de conserves. Ces préparations sont protégées par un traitement thermique en autoclave, de valeur stérilisatrice très élevée. La plupart du temps, ces traitements sont suffisants pour hygiéniser et stabiliser les produits, permettant leur conservation sur de longues durées. Parfois, cependant, certaines bactéries, en développant des formes de résistance, appelée spores, parviennent à survivre à ces traitements.

Dans le cas présent, la société Wenceslas Chancerelle a développé deux nouvelles recettes, très proches, l’une à base de ravioli en sauce, l’autre à base de poisson en sauce. L’une est parfaitement stable, l’autre présente un taux d’environ 20 % de défauts au test d’étuvage : gonflement de boîtes, acidification, développement d’une mauvaise odeur. L’origine de ces défauts échappe à l’industriel, notamment par son caractère aléatoire.

Ce projet devra permettre d’identifier les souches sporulées présentes dans ces produits, de déterminer leurs degrés de thermorésistances afin de pouvoir distinguer celles qui sont susceptibles de franchir les traitements thermiques et de tracer l’origine de ces contaminations. Il devra également permettre de comprendre comment et pourquoi ce type de défauts se manifeste : effet de seuil, association de plusieurs germes, effet matrice…

Date : 2010

Partenaires : Les partenaires de ce projet sont :
- l’entreprise Wenceslas Chancerelle à Douarnenez (29) qui porte le projet,
- l’entreprise Saveur SA à Bréal-sous-Monfort (35),
- le centre de recherche ADRIA Développement à Quimper (29)
- le centre de recherche LUBEM UBO à Quimper (29)

Financeurs : Le coût total du projet est de 77 963 €. Les subventions envisagées s’élèvent à 44 926 € qui se répartissent ainsi : Conseil Régional de Bretagne : 26 630 €, Conseil Général du Finistère : 11 890 €, Quimper Communauté : 6 406 €

Programme BIOFILMS - 2009

 

Valorial projet INFO NUT

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs : Il s’agit de la formation de biofilms sur les surfaces fermées dans l’industrie des ovoproduits. Ces derniers sont utilisés par un large panel d’entreprises agroalimentaires pour leurs propriétés fonctionnelles et gustatives (viennoiseries, entremets, sauces, etc…). Une part non négligeable de ces produits est employée sans traitement thermique supplémentaire. La filière des ovoproduits a appris à maîtriser les flores pathogènes potentiellement présentes dans les œufs qu’ils cassent. Toutefois, leur produit n’est pas stérile. Cette flore résiduelle ne représente pas un risque sanitaire, en revanche, elle peut être la cause d’altération et ainsi limiter la DLC (date limite de consommation) des produits. En effet, certaines bactéries ont la capacité de survivre et de croître à faible température. Le biofilm est une forme d’organisation bactérienne protectrice adhérée à la surface. Ainsi, dans un biofilm, les bactéries sont plus résistantes aux nettoyages mis en place dans les usines. A ce jour, les entreprises partenaires suspectent mais ne connaissent ni la localisation, ni la composition des biofilms qui peuvent se développer sur leur ligne de production. Le projet Biofilms aura donc pour objet d’étudier la composition des biofilms présents en entreprises et de reproduire leur formation sur un pilote en laboratoire.

Date : 2009

Partenaires : Les partenaires de ce projet sont : ADRO Ouest (35) qui porte le projet, le centre technique Adria Développement (29), le centre de recherche Agrocampus Ouest (35).

Financeurs : Le coût total du projet est de 259 152 €. Les subventions envisagées s’élèvent à 126 764 € qui se répartissent ainsi : Conseil Régional de Bretagne (31 691 €), Conseil Régional des Pays de la Loire (63 382 €), Conseil Général du Finistère (12 064 €), Conseil Général d’Ille et Villaine (7 562 €), Quimper Communauté (12 064 €).

Programme CLOSTRILAIT - 2009

Valorial projet CLOSTRILAIT

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs : Il s’agit de l’étude génétique et physiologique des Clostridia rencontrés dans les fromageries et responsables de l’altération des fromages.

Ce projet porte sur les bactéries sporulées appartenant au genre Clostridium car celles-ci sont présentes dans le lait cru et sont particulièrement redoutées par l’industrie fromagère en raison des fermentations indésirables dont elles sont à l’origine lors de l’affinage des fromages à pâte pressée cuite et non cuite. Le principal défaut lié à l’activité métabolique de ces bactéries est dû essentiellement à la fermentation d’un constituant du fromage, le lactate. Le butyrate et la production de gaz issus de cette activité fermentaire sont responsables respectivement de la flaveur rance du fromage et de la formation excessive d’ouvertures dans la pâte pouvant aller jusqu’à l’éclatement des fromages. Par ailleurs, de nombreux autres défauts sont attribués à ces espèces bactériennes, en particulier des défauts d’aspect et de goût (pourriture, cuites, brûlures, etc…) pouvant conduire à la destruction pure et simple du produit. Bien que non pathogènes, donc sans risque pour le consommateur, le développement de ces Clostridia entraîne la perte d’une grande partie de la valeur marchande du produit. Le préjudice économique est donc très important. Les fromages sensibles à ces bactéries sont les fromages à pâte pressée cuite et non cuite et les fromages à pâte molle dont la production est assurée à 56 % par le grand Ouest. Les résultats pourront être étendus ultérieurement à d’autres filières. Ils seront à disposition des professionnels des IAA au sein de bases de données spécifiques centralisées par ADRIA Développement.

Date : 2009

Partenaires : Les partenaires de ce projet sont : BBA (Bretagne Biotechnologie Alimentaire - qui regroupe l'ensemble des organismes de recherches et tous les professionnels laitiers bretons) (35) qui porte le projet, le centre technique ACTILAIT (35), le centre technique Adria Développement (29),

Financeurs : Le coût total du projet est de 257 498 €. Les subventions envisagées s’élèvent à 182 565 € qui se répartissent ainsi : Conseil Régional de Bretagne (60 854 €), Conseil Régional des Pays de la Loire (60 855 €), Conseil Général du Finistère (18 153 €), Conseil Général d’Ille et Villaine (24 550 €), Quimper Communauté (18 153 €).

Programme GASTRALG - 2009

 

Valorial projet GASTRALG

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs : Il s’agit de mettre en place un nouveau procédé de production pour le développement de produits alimentaires innovants et ludiques à base d’extraits d’algues.

Ces produits très tendance restent de fabrication artisanale et n’ont fait l’objet d’aucun développement industriel. L’objectif de ce projet est de développer un procédé industriel de fabrication d’un certain nombre de produits issus de la cuisine moléculaire, produits utilisant les propriétés fonctionnelles des algues (alginates et agar) tout en vérifiant l’intérêt des utilisateurs finaux pour ce type de produits. Chacune d’entre elle pourra ensuite être déclinée en terme de goûts, de couleurs, de volumes afin d’assurer une diversité de l’offre et une segmentation produit en fonction des cibles visées.

Un procédé industriel spécifique doit être mis au point afin de répondre aux caractéristiques particulières des produits (spécification de la matrice finale, accélération du procédé de gélification, gélification partielle en utilisant des bains successifs, forme particulière des produits). Les résultats attendus sont :

  • la définition de la matrice finale avec l’étude de faisabilité de nouveaux produits à forte valeur ajoutée,
  • le développement d’équipements pilotes pour les essais de fabrication des produits,
  • l’étude de marché permettant d’estimer l’intérêt des produits pour les utilisateurs et/ou consommateurs.

Date : 2009

Partenaires : Les partenaires de ce projet sont :
- l’entreprise Globe Export-Algues de Bretagne de Rosporden (29) qui porte le projet,
- l’entreprise Filpack à Briec (29),
- le Centre de Valorisation des Algues CEVA à Pleubian (22)

Financeurs : Le coût total du projet est de 178 931 €. Les subventions envisagées s’élèvent à 98 736 € qui se répartissent ainsi : Conseil Régional de Bretagne : 58 532 €, Conseil Général du Finistère : 29 221 €, Conseil Général des Côtes d’Armor : 9 163 €, Quimper Communauté : 1 820 €.

Programme MG BVP - 2009

Valorial projet INFO NUT

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs : Le projet MB BVP a pour objet l’optimisation du profil lipidique dans les produits de Biscuiterie Viennoiserie et Pâtisserie (BVP). En effet, ces produits sont souvent pointés du doigt à cause des corps gras employés lors de leur fabrication (beurre, margarines et matières grasses végétales hydrogénées, huile de palme…) car les recommandations nutritionnelles concernant les corps gras (acides gras saturés, oméga 3, oméga 6, oméga 9 et ag trans) ont évolué ces dernières années. En outre, la réglementation européenne en matière d’étiquetage s’oriente vers l’obligation de mentionner 5 éléments nutritionnels essentiels dans la partie principale du champ visuel : valeur énergétique, teneur en lipides, en acides gras saturés, en glucides, en sucres et en sel pour 100 g ou 100 ml ou par portion. Les industriels ont donc tout intérêt à travailler le profil lipidique de leurs produits pour intégrer les recommandations nutritionnelles actuelles et conserver leur crédibilité auprès des consommateurs.

Cette démarche qualitative sera réalisée en fonction principalement de critères nutritionnels et technologiques afin que les résultats soient rapidement industrialisables. Par ailleurs, les critères économiques et environnementaux seront également pris en compte. La dynamique engendrée entre les entreprises de la filière BVP devrait permettre de développer leur potentiel d’innovation, leur compétitivité et donc leur potentiel d’emploi dans les régions.

Date : 2009

Partenaires : Les partenaires de ce projet sont :
- Les centres techniques ACTALIA (50) qui porte le projet et ADRIA Développement (29),
- les centres de recherche ENITIAA (44) et CEMAGREF (35),
- les entreprises, La Mie Câline (85), Pâtisseries Gourmandes (22), Gaillard Pâtissier (56), Biscuiterie de l’Abbaye (61), Europe Snacks (85), Tartefrais (14) et LocMaria (35).

Financeurs : Le coût total du projet est de 535 170 €. Les subventions envisagées s’élèvent à 354 164 € qui se répartissent ainsi : Conseil Régional de Bretagne : 131 207 €, Conseil Régional des Pays de la Loire : 91 750 €, Conseil Régional de Basse Normandie : 94 162 €, Conseil Général du Finistère : 11 814 €, Conseil Général d’Ille et Vilaine : 13 417 €, Quimper Communauté : 11 814 €.

Programme MIPROMER - 2009

 

Valorial projet INFO NUT

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs : Il s’agit de continuer à promouvoir la qualité des produits de la mer en proposant des modes de conservation capables de préserver leur fraîcheur et de faciliter la gestion des stocks, tout en apportant des arguments scientifiques garantissant leur qualité microbiologique. En effet, la conservation des produits de la mer transformés constitue un secteur spécifique où les procédés de conservation très innovants basés sur la maîtrise des écosystèmes microbiens peuvent trouver un champ d’application particulièrement intéressant pour les industriels de la filière.
Ce projet de recherche fait suite à un projet débuté il y a deux ans (Imibiomer, labellisé par Valorial en avril 2006) qui avait pour objectif la mise au point d’outils permettant une meilleure connaissance de la flore microbiologique présente sur la crevette cuite décortiquée et le saumon frais.

Date : 2009

Partenaires : Les centres de recherche Enitiaa (44) qui porte le projet et Ifremer (44), les entreprises Marine Harvest (35 et 56), Capitaine Houat (56), Miti (44) et Biocéane (44), et le centre technique Adria Développement (29)

Financeurs : Le coût total du projet est de 755 035 €. Les subventions s’élèvent à 300 329 € qui se répartissent ainsi : Conseil Régional de Bretagne (147 164 €), Conseil Régional des Pays de la Loire (124 417 €), Conseil Général du Finistère (14 374 €), Quimper Communauté (14 374 €)

Programme CAMPYVOL - 2008

Valorial projet CAMPYVOL

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs :Il s’agit d’une méthode d’analyse alternative de Campylobacter pour l’analyse du risque et le renforcement de la compétitivité de la filière volaille de chair française.

Des analyses microbiologiques quantitatives sur Campylobacter pourraient être intégrées par l’union européenne d’ici 2010 pour les échanges intra communautaire de viande de volaille. Ces Campylobacter sont éliminés au moment de la cuisson mais constituent cependant une cause première d’infection d’origine alimentaire. Le projet a donc pour objectif de compléter et de développer une méthode scientifique rapide de quantification et de compléter l’analyse Campylobacter dans la filière volaille avec pour objectif de contribuer à la fixation de critère microbiologique d’hygiène.

Date : 2008

Partenaires : Les partenaires de ce projet sont : les sociétés : AES CHEMUNEX (porteur du projet, spécialisé dans les analyses microbiologiques), Doux, Arrivé, Euralis, Gastronomie Ancenis, LDC, Coopagri, Sanders, Savel, Unicopa, CIDEF, Fédération des industries avicoles. Et les centres de techniques et de recherche : ADRIA, AFSSA, Université de Rennes laboratoire microbiologie, UMR-INRA.

Financeurs: Le coût total du projet est de 690 847 €. Les subventions envisagées s’élèvent à 55,26% du coût global du projet soit 381 788 € réparties entre : Conseil Régional de Bretagne : 157 502 €, Conseil Régional Pays de Loire : 104 480 €, Conseil Général du Finistère : 16 460 €, Conseil Général des côtes d’Armor : 30 000 €, Conseil Général d’île et Vilaine : 33 125 €, Conseil Général du Morbihan : 4 320 €, Quimper Communauté : 12 438 €.

Programme FOAME - 2008

 

Valorial projet INFO NUT

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs : Il s’agit de l’étude de faisabilité du foisonnement de produits alimentaires par un procédé membranaire. La consommation de mousses alimentaires est en croissance depuis de nombreuses années. Qu’ils soient salés ou sucrés, ces produits répondent à la fois à des préoccupations hédoniques (nouvelles textures : souples, fondantes, légères) et nutritionnelles : diminution de la quantité ingérée à volume constant, incitation à la consommation de fruits et légumes. Le procédé de foisonnement industriel en continu actuellement utilisé est basé sur le principe rotor/stator qui met en œuvre :

  • des forces de cisaillement importantes préjudiciables à la texture du produit aéré,
  • une consommation d’énergie importante,
  • un temps de mise en régime assez long qui limite l’application du procédé à la fabrication de grandes séries.

L’objectif du projet est de concevoir, après étude et essais techniques, un équipement industriel de foisonnement alternatif et innovant.

Date : 2008

Partenaires : Les partenaires de ce projet sont le Centre Technique ADRIA Développement (29) et les entreprises AERA (Coray 29) porteur du projet, ID Fruits (22) et Laiterie d’Armor (29).

Financeurs : Le coût total du projet est de 240 086 €. Les subventions des collectivités locales bretonnes envisagées s’élèvent à 73 813 € qui se répartissent ainsi Conseil Régional de Bretagne (38 089 €), Conseil Général du Finistère (18 483 €), Conseil Général des Côtes d’Armor (1 182 €), Quimper Communauté (16 059 €). D’autres collectivités et organismes publics participent au financement : Conseil Régional des Pays de Loire (52 152 €), OSEO (21 602 €).

Programme GRAMME - 2008

ANR programme GRAMME GRAMME: Bénéfices et risques associés aux bactéries à gram négatif au sein des communautés microbiennes des fromages

Projet ANR, Alimentation et nutrition humaine (PNRA) 2007

Objectifs : L’objectif du projet est de développer une méthodologie contribuant à évaluer les bénéfices et risques associés aux bactéries à Gram négatif au sein des communautés microbiennes des fromages.

Durée: 3 ans, à partir de janvier 2008

Participation de l'ANR au projet : 483 712 euros

INRA projet GRAMMECoordinateur du projet : Marie Christine MONTEL (INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE)

Partenaires : ADRIA NORMANDIE, AERIAL, ADRIA Développement (ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA RECHERCHE APPLIQUEE AUX INDUSTRIES AGRICOLES ET ALIMENTAIRES), ECOLE NATIONALE D'INGENIEURS DES TRAVAUX AGRICOLES DE CLERMONT FERRAND, INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE, INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE, UNIVERSITE DE CAEN - BASSE-NORMANDIE, VET AGRO SUP, VET AGRO SUP

Code référence projet : ANR-07-PNRA-0026

Mots clés liés au programme SEFRO : fromage, Gram négatif,bactéries, fonctionnalités sensorielles, fonctionnalités sanitaires, flores, typage par méthodes génomiques, approche in vitro, approche in caseus, E. coli, Shiga toxine, STEC

Lien vers la page GRAMME sur le site de l'Agence nationale de Recherche
Presentation du Projet GRAMME

Programme INFONUT - 2008

Valorial projet INFO NUTINFONUT : Impact de l’information nutritionnelle et de son format sur les comportements alimentaires

Projet VALORIAL, commission Nutrition

Objectifs : Impact du format de l’information nutritionnelle sur l’utilisation, la compréhension et les comportements alimentaires en restauration collective en France.

Il s’agit de mettre en place une information nutritionnelle pratique et facilement compréhensible par le consommateur. Un étiquetage clair et fiable fait partie des grandes priorités que les français assignent aux industriels (source : TNS SOFRES : 1ère assise de l’industrie alimentaire, 10 octobre 2006). La demande d’informations nutritionnelles pratiques de la part des consommateurs est forte.
A ce jour, il n’y a pas encore de position officielle : persistance de divergences profondes entre opérateurs économiques et consommateurs, malgré des éléments forts de consensus, notamment sur la nécessité d’actions fortes d’éducation du consommateur quel que soit le système de représentation de l’information nutritionnelle retenu et sur l’urgence de parvenir à un système de représentation unique à l’échelle européenne. Deux propositions se détachent en terme de représentation de l’information nutritionnelle : système nutriment (énergie, protéines, lipides, etc…), système aliment (équivalent fruits et légumes, céréales, etc…). Notons que la culture méditerranéenne raisonne préférentiellement en aliments, là où les anglo-saxons préfèrent les nutriments. Quelque soit le système de représentation de l’information nutritionnelle envisagé, il devra être accompagné d’information du consommateur.

Date : 2008

Cout du projet: 120 104 euros. Les subventions envisagées s’élèvent à 88 910 € qui se répartissent ainsi : Conseil Régional de Bretagne : 44 437 €, Conseil Général du Finistère : 20 910 €, Conseil Général du Morbihan : 2 653 €, Quimper Communauté : 20 910 €

ADRIA Développement projet INFO NUTCoordinateur du projet : Anne-Emmanuelle LE MINOUS, ADRIA Développement (ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA RECHERCHE APPLIQUEE AUX INDUSTRIES AGRICOLES ET ALIMENTAIRES)

Partenaires : ADRIA Développement (29), Ansamble (56), Saveur SA, (35) Filet Bleu (29)

Mots clés liés au programme INFONUT: étiquetage, étiquetage nutritionnelle, information nutritionnelle, comportement alimentaire, étiquetage nutriments, composition nutritionnelle, PNNS

Lien vers lapresentation des résultats INFONUT

Programme MEMOSPORE - 2008

ANR programme MEMOSPOREMEMOSPORE : Origine de la variabilité des propriétés des endospores bactériennes et conséquences sur leur survie et leur croissance dans la chaîne alimentaire

Projet ANR, Alimentation et nutrition humaine (PNRA) 2007

Objectifs : Les objectifs du projet sont de quantifier la variabilité induite par une approche de microbiologie prévisionnelle et de déterminer l’origine (structure et composition des différentes fractions de la spore, en particulier protéome des enveloppes sporales) de ces variations de comportement induites par l’environnement de sporulation. L’écologie des spores bactériennes et les paramètres physiques et chimiques auxquelles les spores en formation sont réellement confrontées dans la chaîne alimentaire seront pris en compte.

Durée: 3 ans, à partir de janvier 2008

Participation de l'ANR au projet : 347 973 euros

INRA projet MemosporeCoordinateur du projet : Frédéric CARLIN (INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE)

Partenaires : ADRIA NORMANDIE, ADRIA Développement (ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA RECHERCHE APPLIQUEE AUX INDUSTRIES AGRICOLES ET ALIMENTAIRES), INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE, UNIVERSITE DE BRETAGNE OCCIDENTALE

Code référence projet : ANR-07-PNRA-0027

Mots clés liés au programme SEFRO : Microbiologie, spores, spores bactériennes, sporulation, chaîne alimentaire, traitement thermique,

Lien vers la page MEMOSPORE sur le site de l'Agence nationale de Recherche
Présentation duProjet Memospore

Programme ID-Tag - 2006

ANR programme SEFROIDTAG Traçabilité de la chaîne du froid et durée de vie des aliments frais

Programme ANR : Programme National de Recherches en Alimentation et Nutrition Humaine (PNRA) 2005

Durée: 2 ans, à partir de janvier 2006

Participation de l'ANR au projet : 472 046 euros

Coordinateur du projet : Renaud VAILLANT (SA CRYOLOG)

Partenaires : ADRIA (ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA RECHERCHE APPLIQUEE AUX INDUSTRIES AGRICOLES ET ALIMENTAIRES), CENTRE NATIONAL DU MACHINISME AGRICOLE, DU GENIE RURAL, DES EAUX ET DES FORETS - CEMAGREF ANTONY,  COMMISSARIAT A L'ENERGIE ATOMIQUE ET AUX ENERGIES ALTERNATIVES - CENTRE DE GRENOBLE, ECOLE CENTRALE DES ARTS ET MANUFACTURES DE PARIS

Code référence projet : ANR-05-PNRA-0014

Lien vers la page ID-TAG sur le site de l'Agence nationale de Recherche

Programme IMIBIOMER - 2006

IMIBIOMER : Interactions Microbiennes et Biopréservation des Produits de la mer

Impact des interactions microbiennes sur la sécurité et la qualité des aliments (application à la bio-préservation des produits de la mer)

Chef de projet : Véronique HUCHET
Type de projet : Régions Bretagne / Pays de la Loire labellisé Valorial

Il associe des partenaires des deux régions, partenaires scientifiques : IFREMER, ENITIAA, ADRIA et partenaires industriels : MITI, Capitaine Houat, Marine Harvest, Charly Guennec et Biocéane.

Programme MICROVOP - 2006

Prévision du comportement des bactéries pathogènes et d'altération dans la matrice ovoproduits

Chef de projet : Véronique HUCHET
Type de projet : Région Bretagne

Programme QAMTI - 2006

Valorial projet INFO NUTQAMTI : Quantification moléculaire de populations bactériennes et de leurs activités métaboliques au sein de produits laitiers

Projet VALORIAL, commission Qualité et Sécurité des Aliments

Objectifs: Quantification moléculaire de populations bactériennes et de leurs activités métaboliques au sein des produits laitiers

Durée : 2 ans, à partir de octobre 2006

Résultats : Suivi de 4 flores lactiques lors de la fabrication et affinage de l’Emmental. Formation des partenaires industriels.

ADRIA Développement projet INFO NUTCoordinateur du projetDominique Thuault, ADRIA Développement

Partenaires : BBA, PAO, INRA-Agrocampus, ADRIA Développement

Mots clés liés au programme QANTI : produits laitiers, moléculaires, Q-PCR, PCR-TTGE, bactéries lactiques

Fiche projet QAMTI
Lien vers la presentation des résultats QANTI (en français)
Communication faite auIDF, Dairy Science and Technology week

Programme SEFRO - 2006

ANR programme SEFROSEFRO : Expression et production des entérotoxines staphylococciques en fabrication de fromages; quantification par une technologie multiplexe et contribution à l'analyse des risques

Projet ANR, Programme National de Recherches en Alimentation et Nutrition Humaine (PNRA)  2006

Objectifs : Le projet SEFRO vise à :
• mieux comprendre les mécanismes de production des entérotoxines, en intégrant l’étude de l’expression des gènes se, en cours de fabrication et d’affinage des fromages
• développer des techniques spécifiques, simples et fiables d’identification et de dosage de l’ensemble des entérotoxines répertoriées dans les Tiac.

Durée: 3 ans, à partir de janvier 2006

Participation de l'ANR au projet : 604 456 euros

INRA projet SEFROCoordinateur du projet : Agnès DELACROIX-BUCHET (INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE - CENTRE DE RECHERCHE DE JOUY-EN-JOSAS)

Partenaires : ACTILAIT, AERIAL, ANSES (AGENCE NATIONALE DE SECURITE SANITAIRE DE L'ALIMENTATION, DE L'ENVIRONNEMENT ET DU TRAVAIL), ADRIA Développement (ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA RECHERCHE APPLIQUEE AUX INDUSTRIES AGRICOLES ET ALIMENTAIRES), CNIEL (CENTRE NATIONAL INTERPROFESSIONEL DE L ECONOMIE LAITIERE), INSTITUT DES SCIENCES ET INDUSTRIES DU VIVANT ET DE L'ENVIRONNEMENT - AGROPARISTECH, INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE - CENTRE DE RECHERCHE DE JOUY-EN-JOSAS, UNIVERSITE DE STRASBOURG

Code référence projet : ANR-06-PNRA-0029

Mots clés liés au programme SEFRO : entérotoxines staphylococciques, entérotoxines, TIAC, Toxi-Infections Alimentaires Collectives, Staphylococcus aureus, challenges tests, kit de quantification rapide, test de détection

Lien vers la page SEFRO sur le site de l'Agence nationale de Recherche
Presentation duProjet SEFRO

Programme Amélioration méthodologique d'un outil de gestion du risque sanitaire

ACTIALe challenge-test aliment

Chef de projet : Véronique HUCHET
Type de projet : ACTIA

Programme Accroître la valeur ajoutée dans la filière Viande de Porc

Positionnement sur l'axe Nutrition-Santé

Chef de projet : Anne-Emmanuelle LE MINOUS
Type de projet : Etat - Région Bretagne

Programme Bacillus

Nouvelle approche et nouveaux outils pour étudier l’émergence d’une bactérie pathogène dans les filières alimentaires – Le cas de Bacillus cereus dans les produits non stériles traités thermiquement.

Chef de projet : Olivier COUVERT
Type de projet : ANR

Programme BOARD

 

Bacilles thermorésistants : des Outils d’Analyses au Recensement des Dangers

Chef de projet : Danièle SOHIER
Type de projet : Etat - Région Bretagne

Programme Développement d'un outil informatique

ACTIAAssistance à l'analyse HACCP relative aux dangers microbiologiques

Chef de projet : Olivier COUVERT
Type de projet : ACTIA

Programme Dynamique et activité des flores bactériennes

Produits laitiers par PCR-TTGE

Chef de projet : Danièle SOHIER
Type de projet :  BBA

Programme Estimation proactive de la DLUO des produits de pâtisserie

 

Valorial projet INFO NUT

Projet du Pôle de Compétitivité Valorial

Objectifs : L’objectif de ce nouveau projet porté par la société Pâtisserie Gourmande de Loudéac (22) est de développer un logiciel de simulation et d’aide à la décision pour obtenir la date limite d’utilisation optimale d’un produit (DLUO). Cet outil développé en partenariat avec des industriels principalement de la pâtisserie viennoiserie restera propriété d’ADRIA Développement.

Plusieurs étapes sont prévues dans le projet :

Etape 1 : déterminer l’activity water (aw) c'est-à-dire le taux d’eau disponible pour les bactéries dans les ingrédients d’un produit afin d’établir une base de données.
Etape 2 : déterminer l’influence du procédé de cuisson sur les pertes en eau.
Etape 3 : déterminer l’influence de la perméabilité du film d’emballage sur la teneur en eau du produit.
Etape 4 : prévoir le temps d’apparition des moisissures en fonction des ingrédients et des conditions de stockage.
Etape 5 : construire un modèle pour prévenir la DLUO en intégrant les étapes précédentes.

Date : 2008

Partenaires : Les porteurs du projet sont : les sociétés de pâtisserie viennoiseries Pâtisserie Gourmande (22), Gaillard Pâtisserie (56) et Le Ster (56), le Centre Technique ADRIA Développement (Quimper), le laboratoire universitaire (LUBEM) de l’UBO (Quimper).

Financeurs : Le coût total du projet est de 312 859 € dont 164 685 € d’aide sollicitée qui se répartissent ainsi : Conseil Régional de Bretagne : 82 343 €, Conseil Général des Côtes d’Armor : 12 255 €, Conseil Général du Finistère : 31 300 €, Conseil Général du Morbihan : 7 487 €, Quimper Communauté : 31 300 €

Programme Estimation quantitative du danger microbiologique

 

ACTIAEtudiée pour la filière IV gamme

Chef de projet : Véronique HUCHET
Type de projet : ACTIA

Programme Etude de l'impact des technologies de ressuage

 

ACTIAEtude de la conservation sur la survie et l'adaptation de Campylobacter dans la filière volaille.
Evaluation des mécanismes de résistance au stress

Chef de projet : Danièle SOHIER
Type de projet : ACTIA

Programme Lactobacilles hétérofermentaires stricts

ACTIAUne composante de l'écosystème microbien des fromages à connaître et à maîtriser

Chef de projet : Danièle SOHIER
Type de projet : ACTIA

Programme Outil d'expertise et de référence de Sym'Previus

Gestion des dangers microbiologiques, mise en place de l'HACCP et fixation des durées de vie

Chef de projet : Olivier COUVERT
Type de projet : Ministère de l'Agriculture